Comment (bien) choisir son thème WordPress ?

Dans le cadre du WordCamp de Lyon 2022, j’ai tenu une conférence sur mon sujet de prédilection : la web performance. Parmi les nombreux sujets abordés figurait celui du choix du thème et de son impact sur la webperf, mais aussi sur la résilience, sur l’évolutivité et sur d’autres concepts tous étroitement liés à la notion de qualité. C’est un sujet essentiel sur lequel j’aimerai revenir un peu plus en détails dans le cadre d’un billet, en vous expliquant la démarche que je considère être la bonne.

Eroan Boyer, au WordCamp de Lyon, pour sa conférence sur WordPress et la webperf
C’est moi, au WordCamp de Lyon, pour ma conférence sur WordPress et la webperf

À l’instar de la slide de ma présentation dédiée au sujet, je vais aborder le sujet en détaillant ce qu’il ne faut absolument pas faire. De nombreux utilisateurs WordPress reproduisent en effet les mêmes erreurs, avec un impact majeur sur la performance et la création d’une dette technique dont il est par la suite extrêmement difficile de s’affranchir. Cela pénalise l’Expérience Utilisateur, le SEO et encore bien d’autres composantes essentielles au succès d’un projet de création de site web.

Il ne faut JAMAIS choisir un thème WordPress pour…

… son design !

Vous avez une idée bien précise de ce que vous souhaitez en termes de design, d’ambiance et de couleurs. Pour trouver le thème qui conviendra à votre nouveau site, vous avez parcouru des bibliothèques de thèmes jusqu’à en trouver un qui correspond à vos goûts et besoins ? C’est une grave erreur : en choisissant un thème pour son look, vous allez passer à côté de multiples aspects complémentaires tout aussi, sinon plus importants !

Joli ce thème, non ? Ne vous arrêtez surtout pas à ce critère !
Joli ce thème, non ? Ne vous arrêtez surtout pas à ce critère !

Il vous convient aujourd’hui, mais qu’est-ce qui vous fait dire que ce sera le cas dans 6 mois ou dans 2 ans ? Si vos besoins évoluent, ce thème sera-t-il capable de s’y adapter facilement ? La bonne démarche consiste donc à se tourner vers un thème personnalisable via le Customizer, et dont vous personnaliserez la mise en page grâce à un constructeur de page, idéalement Gutenberg. Ce thème devra également proposer un système de hooks intégré, afin de greffer les contenus de votre choix là où vous le souhaitez.

Ce type de thèmes est encore rare, mais plusieurs figurent heureusement parmi les plus populaires du répertoire WordPress officiel. Vous pouvez ainsi installer les yeux fermés les très populaires Astra, GeneratePress et Blocksy, qui constituent une base solide quel que soit votre projet.

… ses fonctionnalités pointues !

Vous avez des besoins très spécifiques pour votre projet et cherchez un thème capable d’y répondre ? C’est une grave erreur : un thème doit gérer l’architecture d’un site, mais pas ses fonctionnalités avancées. On privilégiera ainsi systématiquement un thème généraliste et solide techniquement (avec une base d’utilisateurs importante, un support actif et une documentation complète).

Les fonctionnalités très spécifiques doivent être prises en charge par une extension. Il n’existe pas d’exceptions à cette règle : que ce soit pour la création d’une plateforme d’apprentissage (LMS), d’un annuaire géographique ou encore d’un portfolio, il est essentiel de ne pas se rendre prisonnier d’un thème spécialisé. L’idée est, là aussi, de ne pas se fermer de portes le jour où le projet évolue et que l’on souhaite proposer via son site de nouveaux types de contenus.

… son côté couteau Suisse !

Vous avez lu les 2 volets précédents de cet article et pensez donc qu’un thème avec une « feature list » longue comme un bras sera idéal ? C’est, à nouveau, une grave erreur : un bon thème WordPress n’a pas besoin d’anticiper des centaines de fonctionnalités. Il propose en revanche des mécanismes accessibles qui permettent de les implémenter facilement. C’est une démarche très différente : dans un cas, le thème vous enferme dans ses propres interfaces, avec ses limites intrinsèques. Dans l’autre, il vous donne les clés pour mettre en place ce dont vous avez très précisément besoin.

C'est rassurant, de se dire qu'on peut avoir accès à 150 fonctionnalités en 1 clic ! Et pourtant...
C’est rassurant, de se dire qu’on peut avoir accès à 150 fonctionnalités en 1 clic ! Et pourtant…

Méfiez-vous donc des thèmes comme Avada ou Enfold, dont les descriptions promettent monts et merveilles quel que soit le type de site à créer. Ils sont bien souvent inutilement lourds, aussi bien au sein de l’interface d’administration que pour les visiteurs. Les thèmes proposés sur les boutiques comme ThemeForest et TemplateMonster ont globalement tendance à rentrer dans cette case. En privilégiant les thèmes du répertoire WordPress officiel, vous réduirez les risques de vous retrouver avec une usine à gaz.

Quels sont les critères de choix essentiels d’un thème WordPress ?

S’il fallait résumer les points clés détaillés dans cet article, voici une check-list :

  • Un thème populaire du répertoire WordPress officiel ;
  • Un thème généraliste qui ne cible pas de niche particulière ;
  • Un thème qui propose de multiples options de personnalisation via le Customizer natif ;
  • Un thème compatible avec Gutenberg et les blocs ;
  • Un thème qui possède un système de gestion des hooks intégré.

Ces quelques critères de sélection vous permettront d’éviter les erreurs classiques, et de démarrer votre projet de site sur une base saine et solide. Il sera ainsi plus facile de passer les Core Web Vitals (les fameux Signaux Web Essentiels de la Search Console), mais aussi de le maintenir dans des conditions techniques optimales sur le long terme. Ce sera une excellente base pour mettre en place des optimisations SEO, une stratégie de SEA et maximiser vos taux de conversion.

Il ne tient plus qu’à vous de mettre cela en oeuvre !

Réagissez à cet article

Vous souhaitez être accompagné par l'Agence Web Performance ?
Sollicitez-nous
dès maintenant
Vous êtes ici : Accueil / Blog / Comment (bien) choisir son thème WordPress ?